"Battle of Britain" // IL2 CLODO

Partagez vos émotions ici
Avatar de l’utilisateur

Topic author
TheDemonicEagle
Nouvelle Recrue
Nouvelle Recrue
Messages : 104
Inscription : octobre 2015

"Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #1 par TheDemonicEagle » 01 juil. 2018, 15:30

// INTRODUCTION
Ce qui va suivre est directement tiré de ma campagne sur IL2 en cours (la campagne en question).
Pour l'instant je ne suis pas encore mort (virtuellement bien sûr), mais si c'est le cas, mon récit s’arrêtera là !
Ce sont des récits de mes missions "marquantes", n'hésitez pas à critiquer !

J'ai déjà fait une petite dizaine de mission, donc un rapide résumé :

Je suis arrivé au No.607 Squadron "County of Durham", volant sur Hurricane. Les missions d'interceptions défilent. Les premières victoires arrivent vite, mais les pertes aussi... J'ai eu l'occasion d'abattre 6 chasseurs et bombardiers ennemis, quand le Squadron Leader Tweed m'annonce que le Squadron est retiré du front, je demande aussitôt mon transfert sur Spitfire.

- -

Mon dernier vol en Hurri. Si tout va bien demain je suis aux commandes d'un Spitfire !
Je me sangle, démarre l'avion et l'engage une dernière fois sur la piste de Tangmere, personne n'est là pour me dire au revoir ou bonne chance, mon seul ami - Pickett - s'est fait descendre avant hier...
Je branche ma radio.

-"Tangmere tower, from Lutor, on runway 27 ready for Take-off
- Lutor, cleared for Take-off, wind 260° 05 knots
- Taking off"
(-Tangmere Tour, de Lutor, sur la piste 27 prêt au décollage
- Lutor Chef, autorisé décollage, vent au 260 5knots
-Je décolle)

Décoller devient maintenant une routine, il faut dire que le Hurricane est docile. Une fois en l'air, je rentre le train et prend un cap au 060° directement vers Manston. Le ciel est chargé de croix noires aujourd'hui, je vais donc couper à l'intérieur des terres en restant le plus bas possible.
Entre deux vérifications de cap, je m'amuse à sauter les collines et raser les arbres, d'un peu trop près d'ailleurs, mon aile gauche prend de plein fouet les hautes branches d'un chêne ! Qui a plus souffert que moi heureusement.
Je passe au dessus d'un petit village, et je peux apercevoir les habitants lever les yeux.
C'est amusant de voir les gosses courir dans les rues quand je passe, il y a quelques années, c'était moi ! Elle semble loin la guerre, mais pourtant je sais qu'un 109 pourrait être derrière moi, ajustant son tir. Cette pensée m'amuse, mais je check quand même mes six.

"Merde, c'est quoi ce bordel ?"
Dans mes pensées, je ne me rends pas compte que j'aurais dû passer à la verticale de Manston il y a 5 minutes.
Je remonte à 5'000 pieds pour avoir une meilleure vision, et je me rend compte que je suis au niveau de l'embouchure de la Tamise, le terrain d'East Church est juste derrière moi.
Je me rend compte de mon erreur, je me suis fait avoir comme un bleu, au lieu d'ajouter la déclinaison magnétique je l'ai soustraite à mon cap ! Une erreur qui m'a emmené 20° trop loin du terrain... Je demande un cap direct vers Manston, il me reste moins de 20 gallons d'essence...

-"Hullo Zona, Lutor asking for vector to Manston
-Zona answering, steer 1-2-0 °
-Steering 120° Lutor "
(-Allô Zona, Lutor demande un vecteur pour Manston
-Zona repond, dirigez-vous vers le cap 120°
-Cap 120° Lutor )

Je me maudit à voix haute, comment j'ai pu faire une co*****e pareille ?
Va falloir être économe, je réduis la mixture et mes gaz et prend le cap 120.
15 gallons. J'ai le terrain de Manston en visuel, je me prépare pour l'atterrissage et intègre la vent arrière.

-"Lutor to Manston tower, in downwind runway 09
-You are number one Lutor, call back in final
-Roger"
(-Lutor à Manston tour, en vent arrière piste 09
- Vous êtes le numéro 1 Lutor, rappelez en final
-Roger)

Je sors le train et le levier n'oppose aucune résistance. Rien ne se passe, le train ne sort pas et n'est plus verrouillé en position haute. Panne hydraulique, il ne manquait plus que ça !

-"Manston tower, Lutor calling, I have troubles with my hydraulic pressure and landing gear, I'll try to solve them
- Roger Lutor, keep me informed"
(-Manston tour, ici Lutor, j'ai des problèmes avec ma pression hydraulique et mon train d'atterrissage, je vais essayer de les régler
-Roger Lutor, tenez moi informé)

Va falloir pomper pour sortir le train, et vite parce que je suis très à court d'essence et le secteur de Manston est très agité. Je commence à transpirer sérieusement sous mon uniforme à force de me débattre contre toute cette mécanique récalcitrante. Il faut que je me calme, et vite, sinon je risque de me retrouver avec la queue devant le nez, je pompe désormais avec plus d'assurance, et quand le levier semble bloqué, je vois que mon train est verrouillé en position basse
8 gallons.
Je suis en final, radiateur ouvert et hélice au petit pas.

-"Manston Tower, from Lutor, in final runway 09
-You are cleared for landing Lutor wind calm
-Cleared for landing, I disconnect my radio, out"
(-Manston Tour, de Lutor, en final piste 09
-Autorisé à l'atterrissage Lutor, vent calme
-Autorisé à l'atterrissage, je déconnecte ma radio, terminé)

Je suis parfaitement aligné, j'espère que le train va tenir le coup car sans volets je vais devoir me poser vite ! Mes pieds sont trempés.
100 pieds, je suis à 110 mph. Trop rapide... 50 pieds, encore trop rapide... 20 pieds, je coupe tout et commence un léger palier. 95 mph, l'avion se pose maladroitement sur son train principal, j'ai pas voulu tenter le 3 points avec une vitesse aussi élevée ! Je roule comme je peux jusqu'aux hangars, coupe le moteur et regarde l'essence : 3 gallons ! Je respire en grand coup et j'ai du mal à ouvrir la verrière. Un mécano saute sur mon aile pour m'aider.

- Un peu raide comme atterrissage, heureusement que votre mécano ne l'a pas vu ! Vous devez repartir dans combien de temps ?
- Je ne repart pas, je viens d'être transférer !

Un pilote, qui n'est autre que le Wing Commander, vient d'arriver et me souhaite la bienvenue... Au No.602 Squadron "City of Glasgow" !

A suivre je l'espère...
Dernière édition par TheDemonicEagle le 04 juil. 2018, 13:11, édité 4 fois.
X-Plane 11 / IL2 CLODO BLITZ / Falcon BMS 4.33
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, qu'un individu peut paraître brillant avant d'avoir l'air con".
Avatar de l’utilisateur

Fred901
Mécano au sol
Mécano au sol
Messages : 424
Inscription : avril 2004

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #2 par Fred901 » 02 juil. 2018, 08:50

Merci. Bien sympa ce récit sur CLODO !
Vivement une suite ...
Avatar de l’utilisateur

Topic author
TheDemonicEagle
Nouvelle Recrue
Nouvelle Recrue
Messages : 104
Inscription : octobre 2015

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #3 par TheDemonicEagle » 02 juil. 2018, 16:56

Merci Fred ;)

Ça fait maintenant deux jours que je suis arrivé au 602, tout le monde est sympathique, ça me change des « Fat Cats » (mon ancien squadron) ! Le Squadron Leader Boddington m’a emmené faire un tour sur Spit, quel délice ! Mais Boddington me met en garde « Le Spit, c’est comme une femme, faut pas la brusquer sinon elle t’envoie au tapis ». Ce qui ne m’empêche pas de décrocher et de partir dans une mauvaise vrille lors d’un virage très (trop) serré ! L’atterrissage est un peu plus délicat qu’avec le Hurricane, le train étroit ne facilite pas les choses et la stabilité en finale n’est pas bonne…

Il est 6 heures et pour la première fois au 602 je suis en alerte. Ces readiness peuvent paraître ennuyeux, mais le secteur de Manston est agité, on doit couvrir une zone de Douvres à Eastchurch. Malgré mon arrivé récente, je suis le Chef de Patrouille, mon ailier est un Canadien - Newberry -, peut-être le seul qui m’est antipathique ici. Je décide donc de sortir de la salle d’alerte et de m’installer dans mon Spitfire immatriculé LO-F, une tasse de thé à la main.
6h45. Les sirènes de la tour me réveillent en sursaut, je renverse le contenu de ma tasse dans l’habitacle et sur mon pantalon. Newberry court vers moi « Condor au Nord du terrain ! ». Des Condors ? Une mission de reconnaissance sûrement. J’enfile mon casque, doigt sur le démarreur et le moteur Merlin ronronne. Heureusement le moteur n’est pas trop froid, en quelques minutes ma température d’eau est au-dessus des 60°C requis. Mon ailier est à ma droite. Thumbs up, il est prêt.

"- Manston tower, Garnic Leader calling, request immediate Take Off.
- Garnic Leader, cleared for take-off, wind 320° 10 knots.
- Cleared for Take-Off Garnic Leader."

(- Manston tour, Garnic Leader appel, demande un décollage immédiat
- Garnic Leader, autorisé décollage, vent 320° 10knots
- Autorisé décollage Garnic Leader).

J’avance les gaz jusqu’au tableau de bord et mon avion avance plus ou moins droit, je corrige à grands coups de palonnier, un coup d’œil dans le rétroviseur m’apprend que Newberry me suit. 120 mph, rotation. Je rentre le train et commence un virage à droite.

"- Hullo Garnic Leader, Zona calling, one bandit sector AY27, Angel 1, direction 180
- Roger Zona, on our way."

(- Allo Garnic Leader, ici Zona, un bandit secteur AY27, 1000 pieds, direction 180°
- Roger Zona, nous sommes en route)

1000 pieds, il bas… Il va tenter de faire des photos des convois à notre droite. Un point noir se dessine juste au-dessus de l’horizon. J’allume, règle mon collimateur, et enlève la sécurité de mes mitrailleuses. Je suis prêt au combat, je bas des ailes pour le signaler et quand je me tourne pour voir la réponse de Newberry, je vois une longue flamme jaillir au niveau d’un de ses pots d’échappement, un de ses cylindre est mort. « Garnic leader, Garnic 2 calling, going back to Manston » (Garnic Leader, ici Garnic 2, je rentre à Manston ». Je lui souhaite bonne chance. Me voilà seul désormais.
Le point se rapproche vite et bientôt ce n’est plus un point mais un quadrimoteur. Nous sommes face à face, mais je suis plus haut. Je pique légèrement, mais pas assez il va me passer en dessous sans que j’ai une occasion de l’aligner ! Faut pas que je me retrouve au-dessus de ses mitrailleurs. Je pousse d’un coup le manche. Mon moteur coupe et le voile rouge m’aveugle. Instinctivement, je tire une rafale continue. Je suis trop bas faut redresser, après le voile rouge, c’est le voile noir. Après avoir fait un bond de 2000 pieds, je me retourne à temps pour voir le Condor percuter l’eau grise de la Manche. Le film de la cinémitrailleuse me dira où je l’ai touché. Après un demi-tour, je passe au niveau du convoi, je me permet de faire un tonneau lent, mais le passage bat les a plus affolé qu’autre chose et les cargos prennent aussitôt des trajectoires hasardeuses et contradictoires !

« - Hullo Zona, Garnic leader calling. The bandit is now in the Channel !
- Negative Garnic, we still have an echo.
- Garnic answering, going to check around me, out »

(-Allo Zona, ici Garnic leader, Le bandit est maintenant dans La Manche !
- Négatif Garnic, nous avons encore un echo.
- Garnic répond, je vais vérifier autour de moi, terminé.)

Ils doivent avoir un problème avec leur radar, je fais un long cercle autour du convoi, et je ne vois que dalle, je m’apprête à rentrer quand je vois un nouveau point se dessiner à l’Ouest. Je me dirige vers lui, Bingo ! C’est un autre Condor, cette fois je suis dans ses 9 heures. Je me rapproche doucement et observe le Frisé. Quel Monstre le Condor ! C’est la première fois que j’en vois un comme ça. Dommage qu’il ait des mitrailleuses, car sinon je serais encore en train de l’observer. Je tente d’éviter comme je peux les traçantes, et me rapproche. En dessous ça doit être plus calme, une légère descente et on peut observer les bombes, finalement ce n’était pas une simple reconnaissance… Les « Flying Fortress » Américaines n’ont rien à envier au FW200, j’ai l’impression que n’importe où je me place, des balles sifflent autour de moi ! Deux rapides rafales sur le moteur n°4, et un panache de fumée blanche émerge. Une autre sur le n°3, j’ai du mal les mitrailleurs deviennent trop précis. Je dois éviter les balles à grands coups de palonnier. Cette fois c’est le radiateur d’huile qui est touché, une trainée noire en témoigne. Après avoir lâché une rafale dans la direction du mitrailleur, je glisse à gauche du quadrimoteur. Les moteurs droits vont lâcher. Bang ! Bang ! Bang ! Bang ! 4 impacts. Le vent entre en hurlant dans l’habitacle, mon pare-brise est fissuré. Une douleur vive se fait ressentir, je suis touché à l’épaule et ma Mae West (Gilet de Sauvetage) n’est plus si jaune… Je m’écarte du bombardier, mon moteur semble avoir subi lui aussi, il ne tourne plus rond, l’avion tremble, encore un problème de cylindre ? Je m’écarte du bombardier qui fonce encore sur le convoi, malheureusement là je peux plus faire grand-chose, ma vitesse chute dangereusement, mon moteur rend l’âme. Trop bas pour sauter, va falloir amerrir. Hélice en drapeau et radiateur fermé je me rapproche le plus possible d’un bateau à quelques miles des côtes anglaises. Thé sec, sang et sueur se mêlent sur mon pantalon. Verrière ouverte et volets sorti, je réduis ma vitesse à l’aide de légers virages. 100mph, niveau vitesse et altitude c’est parfait pour me poser juste à côté du destroyer, la mer se rapproche rapidement, comment on peut se poser dessus ? Plus le temps pour cette question. Je fais un arrondi impeccable (pour une fois !) et un palier assez long, mon Spit commence à décrocher gentiment et je tire en arrière pour finir l’amerrissage, évidemment il se retourne, mais je parviens à m’extirper du cockpit miraculeusement. Mon gilet de sauvetage étant troué par la même balle qui m’a transpercé l’épaule, il ne m’est d’aucune utilité. Je me retrouve donc à tenter de flotter habillé et avec un bras qui devrait être en écharpe ! Heureusement le destroyer m’ayant vu, a préparé un canot qui me récupère rapidement.
On me dépose le soir même à Manston. Tout l’escadron et là pour me souhaiter un bon retour, ils ont eu peur en apprenant qu’un Spitfire a amerri ! Un télégramme m’apprend aussi que le second Condor n’a pu bombarder le convoi et s’est écrasé en tentant de rejoindre un aérodrome anglais. Je ne poursuis pas la lecture. Car une cuisinière du mess, Florence, est venue m’apporter mon repas… Mais le lendemain matin, après avoir lu la fin, j’appris que ce convoi transportait d’éminentes personnes, et en obtenant mes 7ème et 8ème victoires, je leur avais sauvé la vie ! Plus tard dans l’après-midi, le Sq. Leader Boddington est venu me voir avec un écrin à la main. Il me remit ma Distinguished Flying Cross !

Image
Une DFC.


N.B : N'hésitez pas à critiquer, donner des conseils constructifs !
Félicien.
Dernière édition par TheDemonicEagle le 04 juil. 2018, 13:10, édité 2 fois.
X-Plane 11 / IL2 CLODO BLITZ / Falcon BMS 4.33
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, qu'un individu peut paraître brillant avant d'avoir l'air con".
Avatar de l’utilisateur

jeanba
As du Manche
As du Manche
Messages : 10458
Inscription : septembre 2001

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #4 par jeanba » 02 juil. 2018, 18:12

Merci

Une motivation pour m'y remettre !
Avatar de l’utilisateur

_Yankee_
Apprenti-Mécano
Apprenti-Mécano
Messages : 262
Inscription : avril 2016

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #5 par _Yankee_ » 04 juil. 2018, 10:09

Mais c'est mon bon vieux Blackie qui nous revient de sa fibre littéraire ! C'est très sympa à lire, j'aime bien l'inspiration des dialogues "Le Grand Cirque", quelques fautes mais ça disparaîtra à force d'écrire. Continue ! :yes:
Image
Avatar de l’utilisateur

Topic author
TheDemonicEagle
Nouvelle Recrue
Nouvelle Recrue
Messages : 104
Inscription : octobre 2015

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #6 par TheDemonicEagle » 04 juil. 2018, 13:00

Merde, cramé par McCoffee ! Effectivement "quelques" fautes et coquilles, je vais corriger ça ;)
Merci pour ton retour !

@Jeanba : En même temps quelle idée d'arrêter !

F.
X-Plane 11 / IL2 CLODO BLITZ / Falcon BMS 4.33
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, qu'un individu peut paraître brillant avant d'avoir l'air con".
Avatar de l’utilisateur

jbb4
WSO Co-pilote
WSO Co-pilote
Messages : 874
Inscription : décembre 2004
Localisation : Sud Ouestiste

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #7 par jbb4 » 09 juil. 2018, 07:31

Ca fait plaisir un war report en CLODO.
Il pourrait y avoir qq screenshots pour agrémenter aussi.
Le poids des mots, le choc des screenshots... vous connaissez?
Perso, je me fais mon scénario puis j'essaie de le jouer avec le simulateur.
Bon vol
Retrouvez le journal d'un pilote de chasse en section war report
Avatar de l’utilisateur

Topic author
TheDemonicEagle
Nouvelle Recrue
Nouvelle Recrue
Messages : 104
Inscription : octobre 2015

Re: "Battle of Britain" // IL2 CLODO

Message #8 par TheDemonicEagle » 09 juil. 2018, 11:21

Oui j'y pense pour le prochain récit, je pensais même faire une petite BD !
Pour l'histoire de scénario, mes récits sont ceux des missions que j'exécute sur CLODO, je découvre le scénario au fur et à mesure de la mission !
F.
X-Plane 11 / IL2 CLODO BLITZ / Falcon BMS 4.33
"C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, qu'un individu peut paraître brillant avant d'avoir l'air con".

Revenir vers « War Reports »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité